Par  Valérie Sasportas | Publié

GUIDE DE VOYAGE – Inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco, le quartier colonial de la capitale de la République dominicaine est un trésor de villégiature dans les Grandes Antilles. Une destination vivante et colorée où 500 ans d’histoire affleurent, et sur les ruines desquels on danse avec respect.

Principe!» (prononcer «prinnecipé!»), lance Carlos Batista d’une voix pleine de sourires dans cet espagnol nonchalant qu’on parle à Saint-Domingue. Originaire du sud-ouest du pays, Carlos est connu comme le loup blanc dans la capitale où il s’emploie à promouvoir les trésors de la vieille ville qui échappent à ceux qui n’y séjournent pas. Que peuvent-ils en voir, ces touristes qui ne lui consacrent que quelques heures, déambulant par grappes à pied, à vélo ou sur un Segway reliés par un casque à leur guide, la photographiant en toile de fond de leurs selfies?

C’est un manège quotidien: chaque fin de matinée, les cars déversent des flots de vacanciers comme échappés d’un séjour tout compris au bord d’une plage paradisiaque de sable blanc avec des cocotiers. Et puis ils s’éparpillent comme une volée de moineaux après la fermeture des «sites remarquables», laissant à ceux qui restent le sentiment d’être enfin seuls avec la ville. Mais on exagère: puisque les masses convergent toutes (…)


http://www.lefigaro.fr/voyages/2018/12/21/30003-20181221ARTFIG00022-republique-dominicaine-saint-domingue-en-initie.php

 

Start typing and press Enter to search

Send this to a friend